Bénéfices, dangers, le soja n’en finit pas de faire parler…

3-bienfaits-du-soja-cholesterol

Un article récent de l’école publique de santé d’Harvard revient sur la question du Soja. Décrié par les uns, adulé par les autres, le soja est au centre de beaucoup de préoccupations avec des avis et des études qui se contredisent les uns les autres…faisons le tour de manière objective de ce que l’on sait à l’heure actuelle. 

 

On nous a dit que manger régulièrement des aliments à base de soja abaisse le cholestérol, calme les bouffées de chaleur, prévient le cancer du sein et de la prostate, facilite la perte de poids, et éloigne l’ostéoporose. Certains de ces avantages ont été attribués à une caractéristique unique du soja qui est sa haute concentration en isoflavones, un type d’œstrogène (phytoestrogènes). Cependant, certaines des revendications formulées pour le soja ont été basées sur des données préliminaires.

En 1999, la Food and Drug Administration a permis aux entreprises de prétendre que les régimes à faible teneur en gras saturés et en cholestérol qui contiennent aussi du soja « peuvent réduire le risque de maladie cardiaque » (3) La demande reposait sur les premières recherches montrant que la protéine de soja réduit les niveaux nuisible de cholestérol LDL.

Un certain nombre d’études solides effectuées depuis ont tempérés cette affirmation, (4) ainsi que celles concernant les effets du soja sur les autres aspects.

Les maladies du cœur et le soja :

 

En 1995,  une méta-analyse de 38 essais cliniques contrôlés ont montré que manger environ 50 grammes de protéines de soja par jour au lieu de protéines animales réduit le cholestérol LDL nuisible de 12,%. (5)

Une telle réduction, si elle est maintenue au fil du temps, pourrait en traîner une réduction de 20 pour cent du risque de crise cardiaque, d’AVC, ou d’autres formes de maladies cardiovasculaires. Toutefois, après une mise à jour complète de la recherche sur le soja par le comité de nutrition de l’American Heart Association (AHA), publié en 2000, manger 50 grammes de soja par jour abaisse le LDL seulement d’environ 3%. (4)

Gardez à l’esprit que 50 grammes de protéines de soja représente plus que la moitié des apports quotidiens préconisés en protéines.

Même si la protéine de soja a peu d’effet direct sur le taux de cholestérol, les aliments à base de soja sont bons pour le cœur et les vaisseaux sanguins parce qu’ils remplacent généralement des choix moins sains, comme la viande rouge, et parce qu’ils offrent beaucoup de gras polyinsaturés, de fibres, de vitamines et de minéraux, et sont faibles en gras saturés.

Les bouffées de chaleur et le soja :

 

Le soja a également été étudié comme traitement pour les bouffées de chaleur et autres symptômes qui accompagnent souvent la ménopause. En théorie, cela fait sens car le soja est riche en isoflavones, une forme d’œstrogène, ce qui pourrait réduire les bouffées de chaleur en donnant aux femmes quelque chose ressemblant aux œstrogènes et donc en diminuant pendant une certaine période le niveau de « réels » œstrogènes.

Cependant, certaines études cliniques soigneusement contrôlés n’ont pas trouvé que ce soit le cas. (6, 7) Lorsque l’AHA a examiné la preuve en 2006, il a conclu qu’il était « peu probable que les isoflavones de soja aient suffisamment d’activité oestrogénique pour avoir un impact important  sur les bouffées de chaleur et autres symptômes de la ménopause. (4)

Il s’agit d’un domaine controversé de la recherche, et d’autres études sont nécessaires.

Le cancer du sein et le soja :

 

Les phytoestrogènes ne n’imitent pas toujours les œstrogènes. Dans certains tissus, ils bloquent réellement l’action des œstrogènes. Si l’action de blocage des œstrogènes se produit dans le sein, manger du soja pourrait, en théorie, réduire le risque de cancer du sein parce que les œstrogènes stimulent la croissance et la multiplication de cellules du sein et donc le cancer du sein.

Mais les études jusqu’à présent n’ont pas fourni de réponse claire. Certains ont montré un bénéfice entre la consommation de soja et le cancer du sein tandis que d’autres ne montrent aucune association. (4, 8-10)

De plus, une poignée de rapports inquiétants suggère que des suppléments concentrés en protéines de soja peuvent réellement stimuler la croissance des cellules cancéreuses du sein. (11-13)

Une étude sur la santé des femmes à Shanghai, par exemple, a constaté que les femmes avec les apports les plus élevés en protéines de soja pendant leur adolescence et jusqu’à l’âge adulte avaient un risque 60% plus faible de cancer avant la ménopause que les femmes avec une faible consommation. (14)

Dans une étude de survivantes du cancer du sein, à la fois aux États-Unis et en Chine, la consommation de soja a été associée à un risque réduit de récidive du cancer du sein.

D’autres cancers :

Bien que les substances dans le soja pourraient éventuellement protéger contre les cancers de l’ovaire, du côlon, de la prostate et d’autres cancers, il n’existe aucune preuve solide pour affirmer cela à l’heure actuelle.

Relation entre soja et mémoire / fonctions cognitives :

 

Quelques études ont évoqué la possibilité que la consommation de soja pourrait aider à prévenir la perte de mémoire ou la baisse des capacités de réflexion liée à l’âge.

Des essais ont donné des résultats contradictoires, avec un montrant un avantage pour le soja, (15) et d’autres montrant aucun avantage. (16 à 19)

D’autres études suggèrent que trop de soja pourrait conduire à des problèmes de mémoire. Parmi les femmes âgées d’origine japonaise vivant à Hawaï, celles qui basaient leur alimentation sur une consommation traditionnelle à base de soja étaient plus susceptibles d’avoir des problèmes cognitifs que ceux qui sont passés à un régime plus occidental. (20)

Cette conclusion, qui doit encore être confirmé par d’autres études à long terme, pourrait résulter de la prise excessive de phytoestrogènes ou un apport insuffisant de quelque chose trouvé dans les produits d’origine animale, tels que la vitamine B12.

Enfin, il n’existe aucune preuve que les pilules contenant des isoflavones extraites du soja offrent des avantages, et certaines études soulèvent des préoccupations au sujet des effets secondaires nocifs (4)…

Autrement dit, on peut dire aujourd’hui que l’on sait que l’on ne sait pas grand chose si j’ose dire…Nul doute que les mois à venir nous offriront une vision plus claire et précise sur ce fameux soja, sachant que bien entendu, en consommer avec modération en remplacement de la viande ne vous fera pas de mal, et à notre environnement non plus.